Les marchés boursiers occidentaux ont reculé de plus de 10% depuis la fin du mois de septembre. Les raisons couramment invoquées sont la hausse des taux d’intérêt américains, le rejet du budget italien et la crainte d’un ralentissement mondial en raison des tensions commerciales sino-américaines. La dernière raison nous semble être la principale, note Arnaud Raymon directeur de la gestion d’Aliénor Capital, car les incertitudes sur la croissance dues au net ralentissement des échanges dans le monde ont une portée considérable.

La phase de croissance économique et de hausse boursière de ce cycle a en effet été particulièrement longue et la question de son retournement se pose à tous les investisseurs qui en ont profité et qui préféreraient ne pas se faire prendre dans la prochaine baisse.

Un marché haussier ne meurt pas de vieillesse mais pour des raisons précises et invariables : survalorisation, récession en gestation ou choc d’angoisse. L’idée de survalorisation semble incongrue. Valeurs de croissance mises à part, il n’y a pas de survalorisation instantanée. Même aux Etats-Unis, la prime de risque – autour de 3% - reste suffisante. En revanche, la question du ralentissement économique et celle de la hausse de l’aversion au risque se posent avec acuité.

Les taux américains sont encore bien trop bas pour avoir un effet de frein économique aux Etats-Unis et les pays émergents déstabilisés ont avant tout des vulnérabilités qui leur sont propres. Nous avons régulièrement théorisé que si le cycle économique devait caler sur une hausse des taux américains ce ne serait probablement pas avant d’avoir des taux à court terme à plus de 3%. Nous n’y sommes donc pas encore.

En revanche, le bras de fer commercial mondial initié par Donald Trump a des effets déjà perceptibles : ralentissement des échanges, perturbations des chaines d’approvisionnement et… attentisme des chefs d’entreprise.

L’objectif de la Maison Blanche est clair : mettre fin aux pratiques commerciales iniques de la Chine au premier rang desquelles l’accès restreint à certains marchés clés, la mauvaise protection des brevets et les transferts forcés de technologie. C’est un sujet de contentieux majeur entre la Chine et les pays occidentaux.

L’Europe ne conteste d’ailleurs pas la démarche américaine car son avenir économique en dépend.

Il ne nous parait pas exagéré d’écrire que la prolongation du cycle économique mondial dépend de cette négociation et de sa durée. Si elle est courte, le cycle économique et financier peut reprendre, la hausse des taux américains se poursuivra et le cycle calera mais plus tard. Si les tensions commerciales persistent, Donald Trump taxera vraisemblablement toutes les importations chinoises à 25%, provoquera des perturbations importantes dans les circuits d’approvisionnement des entreprises qui devront se réorganiser pour limiter la baisse des marges et assurer le bon fonctionnement de leur « supply chain ». La Chine ripostera à sa façon…

Environnement - à lire également...

Pas de hausse de la BCE en vue

17 Janvier 2019
C’est en synthèse ce que pense le quotidien Les Echos en titrant ce matin « Les investisseurs [...]
Lire la suite...

Un monde à 2 vitesses : bonne conjoncture aux US, asséchement ailleurs

17 Janvier 2019
Après la promulgation du Tax Cuts and Jobs Act par le président Trump le 22 décembre 2017, [...]
Lire la suite...

Vers une récession technique en Allemagne ?

16 Janvier 2019
Comme le montre le graphique ci-dessous, même en incluant un rebond sur le mois décembre qui effacerait [...]
Lire la suite...

Les raisons d’être confiant d’Igor de Maack

15 Janvier 2019
Le début d'année ressemble à s'y méprendre à une correction des excès du dernier trimestre. Les marchés [...]
Lire la suite...

Les 5 leçons de 2018

15 Janvier 2019
La plupart des investisseurs ont souffert en 2018, une année qui les a forcés à apprendre (ou [...]
Lire la suite...

Un ralentissement mais pas de récession

11 Janvier 2019
L’ampleur de la baisse récente des marchés a montré le pessimisme des investisseurs qui anticipent un scénario [...]
Lire la suite...

Nortia lance son Observatoire

10 Janvier 2019
C’est au cours de la 9ème édition de son Université que Nortia a dévoilé hier son Observatoire [...]
Lire la suite...

Vers une récession en Allemagne ?

08 Janvier 2019
D’un mois à l’autre, les commandes adressées aux entreprises allemandes accusent les contre-coups d’un environnement d’une rare [...]
Lire la suite...

Dix thèmes d’investissement pour 2019

03 Janvier 2019
Les 10 idées à garder en tête pour entamer sereinement cette nouvelle année. Un tour d’horizon signé [...]
Lire la suite...

Quelles perspectives pour 2019 chez Allianz GI

03 Janvier 2019
Les divergences de plus en plus marquées au sein de l’économie mondiale et les troubles politiques provoquent [...]
Lire la suite...
Agenda

Réunion Investisseurs Varenne Capital

 Date : 15 Janvier 2019
 Heure : 10h00
  Lieu : Hôtel The Westin Paris - Vendôme 3, rue de Castiglione - 75001 Paris
 Organisateur : Varenne Capital

Intencial fait son show

 Date : 17 Janvier 2019
 Heure : 08h30
  Lieu : Lyon
 Organisateur : Intencial

Intencial fait son show

 Date : 18 Janvier 2019
 Heure : 08h30
  Lieu : Bordeau
 Organisateur : Intencial

Intencial fait son show

 Date : 21 Janvier 2019
 Heure : 08h30
  Lieu : Aix en Provence
 Organisateur : Intencial

Perspectives et Stratégies 2019

 Date : 24 Janvier 2019
 Heure : 17h45
  Lieu : Hôtel Peninsula, 19 Avenue Kléber, 75016 Paris
 Organisateur : Schelcher Prince Gestion

Comment l'intelligence artificielle nous aide à améliorer notre process d'investissement ?

 Date : 29 Janvier 2019
 Heure : 11h00
  Lieu : Paris, Hôtel Peninsula
 Organisateur : Trusteam

Articles les plus lus

Mandarine fait son show

15 Janvier 2019

La société de gestion organise sa conférence annuelle le mardi 26 mars prochain, à partir [...]
Lire la suite...

L’ESMA réinvente le fil à couper le beurre

16 Janvier 2019

Le régulateur européen des marchés financiers, l’ESMA (European Securities en Markets Authorities) découvre que les [...]
Lire la suite...