Les marchés boursiers occidentaux ont reculé de plus de 10% depuis la fin du mois de septembre. Les raisons couramment invoquées sont la hausse des taux d’intérêt américains, le rejet du budget italien et la crainte d’un ralentissement mondial en raison des tensions commerciales sino-américaines. La dernière raison nous semble être la principale, note Arnaud Raymon directeur de la gestion d’Aliénor Capital, car les incertitudes sur la croissance dues au net ralentissement des échanges dans le monde ont une portée considérable.

La phase de croissance économique et de hausse boursière de ce cycle a en effet été particulièrement longue et la question de son retournement se pose à tous les investisseurs qui en ont profité et qui préféreraient ne pas se faire prendre dans la prochaine baisse.

Un marché haussier ne meurt pas de vieillesse mais pour des raisons précises et invariables : survalorisation, récession en gestation ou choc d’angoisse. L’idée de survalorisation semble incongrue. Valeurs de croissance mises à part, il n’y a pas de survalorisation instantanée. Même aux Etats-Unis, la prime de risque – autour de 3% - reste suffisante. En revanche, la question du ralentissement économique et celle de la hausse de l’aversion au risque se posent avec acuité.

Les taux américains sont encore bien trop bas pour avoir un effet de frein économique aux Etats-Unis et les pays émergents déstabilisés ont avant tout des vulnérabilités qui leur sont propres. Nous avons régulièrement théorisé que si le cycle économique devait caler sur une hausse des taux américains ce ne serait probablement pas avant d’avoir des taux à court terme à plus de 3%. Nous n’y sommes donc pas encore.

En revanche, le bras de fer commercial mondial initié par Donald Trump a des effets déjà perceptibles : ralentissement des échanges, perturbations des chaines d’approvisionnement et… attentisme des chefs d’entreprise.

L’objectif de la Maison Blanche est clair : mettre fin aux pratiques commerciales iniques de la Chine au premier rang desquelles l’accès restreint à certains marchés clés, la mauvaise protection des brevets et les transferts forcés de technologie. C’est un sujet de contentieux majeur entre la Chine et les pays occidentaux.

L’Europe ne conteste d’ailleurs pas la démarche américaine car son avenir économique en dépend.

Il ne nous parait pas exagéré d’écrire que la prolongation du cycle économique mondial dépend de cette négociation et de sa durée. Si elle est courte, le cycle économique et financier peut reprendre, la hausse des taux américains se poursuivra et le cycle calera mais plus tard. Si les tensions commerciales persistent, Donald Trump taxera vraisemblablement toutes les importations chinoises à 25%, provoquera des perturbations importantes dans les circuits d’approvisionnement des entreprises qui devront se réorganiser pour limiter la baisse des marges et assurer le bon fonctionnement de leur « supply chain ». La Chine ripostera à sa façon…

Environnement - à lire également...

9ème étude mondiale sur les millionnaires

16 Novembre 2018
Le fait n’est pas nouveau, on le sait, il y a de plus en plus de millionnaires [...]
Lire la suite...

Fin de siècle

15 Novembre 2018
Les années entre la fin du 19ème siècle et le début de la Première Guerre mondiale sont [...]
Lire la suite...

Fidelity France en ligne au mois d’octobre

15 Novembre 2018
Sur le dernier mois, le fonds a consolidé de 7,2%, en ligne avec son indice.
Lire la suite...

Le dollar comme seul refuge

14 Novembre 2018
Le rebond des actions s’est affaibli en fin de semaine, de sorte que l’indice S&P abandonnait 0,9% [...]
Lire la suite...

Trois tensions en ligne de mire pour les investisseurs

14 Novembre 2018
Les investisseurs ont trois grandes tensions, toutes aussi inquiétantes, en ligne de mire prévient Toby Nangle, responsable [...]
Lire la suite...

Une surveillance étroite de points d’entrée attractifs

13 Novembre 2018
Le mois dernier a été clairement dominé par le regain de volatilité sur les marchés internationaux et [...]
Lire la suite...

La hausse des taux, c'est l'ennui

12 Novembre 2018
e marché actions est-il plus volatil en période de hausse de taux ? Beaucoup répondront par l’affirmative. [...]
Lire la suite...

D’un excès à l’autre

09 Novembre 2018
Si la correction des marchés d’actions en octobre aura été impressionnante, elle a aussi été frappante par [...]
Lire la suite...

Elections US : impacts positifs pour les marchés

08 Novembre 2018
Il s’agit d’un très bon résultat pour les Républicains. C’est seulement la 5ème fois en 132 ans [...]
Lire la suite...

Une récession imminente est peu probable

07 Novembre 2018
Nous conservons une légère surpondération des actions américaines, estimant qu’une récession imminente est peu probable estime Diego [...]
Lire la suite...
Articles les plus lus

Generali : Hugues arrive, Sonia s’en va…

30 Août 2018

Hugues Aubry rejoint le Comité Exécutif de Generali France le 3 septembre pour succéder à Sonia Fendler [...]
Lire la suite...

Carré d’As : Eric Franc

03 Septembre 2018

A 54 ans, le patron de DNCA [...]
Lire la suite...