L’économie du pays peine à se réformer et son électorat est de plus en plus divisé… Analyse d’Anthony Doyle, analyste chez M&G.

Des faiblesses structurelles persistantes, des déséquilibres et une vulnérabilité financière. C’est notamment en ces termes que le Fonds Monétaire International (FMI) a décrit l’économie italienne dans son récent rapport sur le pays.

Près de dix ans après la crise financière mondiale, les perspectives économiques de l’Italie restent sombres et les coûts supportés de manière disproportionnée par les actifs et la jeune génération. L’électorat est extrêmement divisé, et l’absence d’exécutif compromet les perspectives de réformes et d’ajustements, pourtant essentielles.

Le revenu disponible réel par habitant est inférieur à ce qu’il était avant l’entrée de l’Italie dans la zone euro, alors que ses partenaires européens devraient creuser encore plus l’écart en termes de croissance du PIB par habitant et de revenus dans la décennie à venir.

L’Italie est la troisième économie de la zone euro, et représente 16 % de son PIB. La Commission européenne a déjà prévenu les marchés que compte tenu de sa taille, l’économie italienne constituait potentiellement une source de risque majeure pour la zone euro sur le plan économique et financier. Son ratio dette publique/PIB oscille autour de 133 %, le plus élevé de l’Union européenne (UE) après la Grèce.

Le taux de créances douteuses se situe à environ 21 % du PIB, ce qui en fait l’un des plus élevés de l’UE. Grâce à une politique monétaire ultra-accommodante qui fournit des liquidités abondantes et permet d’éviter une crise à court terme, la Banque centrale européenne (BCE) et son président Mario Draghi sont parvenus à empêcher la sortie d’un État membre de la zone euro.

Pour lire la suite, cliquez ICI.

Environnement - à lire également...

Marchés actions : les options d’AXA IM en 2019

14 Décembre 2018
Globalement, chez AXA IM, on préfère parier sur les Etats-Unis que sur l’Europe. Entre autres, du fait [...]
Lire la suite...

Pourquoi les investisseurs devraient se soucier des gilets jaunes ?

14 Décembre 2018
Dans la dernière lettre « Investment Talks » d’Amundi, les analystes et stratèges de la maison donnent [...]
Lire la suite...

Les dindons de la farce

13 Décembre 2018
L’annonce d’une trêve dans la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine était finalement [...]
Lire la suite...

Le GNIP réunit ses adhérents

11 Décembre 2018
Comme annoncé en octobre dernier (voir l’article Pour la promotion du métier) le GNIP a tenu sa [...]
Lire la suite...

Pour une fois, c'est l'Allemagne

10 Décembre 2018
L’année 2018 surprend à maints égards. L’Allemagne notamment, dont la stabilité politique et la force économique faisaient [...]
Lire la suite...

La BCE gardera son cap malgré les incertitudes

10 Décembre 2018
L’annonce de l’arrêt des achats d’actifs lors de la prochaine réunion de Banque centrale européenne le 13 [...]
Lire la suite...

Neuflize OBC optimiste malgré tout

07 Décembre 2018
La banque filiale de ABN se montre prudente pour 2019 : des Etats-Unis aux émergents, en passant [...]
Lire la suite...

Capital-investissement : perspectives contrastées

06 Décembre 2018
Les derniers chiffres publiés dans le Baromètre des levées de fonds d’In Extenso sont contrastés. Plusieurs tendances [...]
Lire la suite...

Or en phase de déclencher un signal haussier

06 Décembre 2018
Selon Arnaud du Plessis, gérant thématiques spécialisé sur l’or chez CPR AM, l’or serait sur le point [...]
Lire la suite...

Une accalmie de courte durée

05 Décembre 2018
L’issue du G20 a été perçue positivement par les marchés. La hausse des tarifs douaniers américains prévue [...]
Lire la suite...
Articles les plus lus

Generali : Hugues arrive, Sonia s’en va…

30 Août 2018

Hugues Aubry rejoint le Comité Exécutif de Generali France le 3 septembre pour succéder à Sonia Fendler [...]
Lire la suite...

Carré d’As : Eric Franc

03 Septembre 2018

A 54 ans, le patron de DNCA [...]
Lire la suite...