En cette période de fêtes, nombreux sont ceux qui vont se laisser aller à quelques « cadeaux » appelés également présents d’usage. Que recouvre cette notion ?

Notons dans un premier temps que les présents d’usage sont définis par la jurisprudence comme étant des « cadeaux faits à l’occasion de certains évènements, conformément à un usage, et n’excédant pas une certaine valeur »(1).

Aurélie Allamigeon, directeur au sein de l’ingénierie patrimoniale de la banque privée 1818 précise qu’il faut entendre par « évènements » certaines fêtes « comme noël, un anniversaire ou bien encore la réussite d’un concours ».

En outre, « il ne doit pas être excessif au regard de la situation financière et patrimoniale du donateur », précise cette dernière.

Quid de cette notion excessive ? Le bofip indique que « l’administration fiscale ne fixe aucune règle de proportionnalité du présent par rapport à la fortune » de l’offrant. Elle apprécie au cas par cas la nature du présent en fonction de l’ensemble des circonstances de faits.

Or comme le précise Aurélie Allamigeon, si un conflit vient à naître entre les héritiers, ces derniers peuvent prétendre que le présent est en fait une donation. Conséquences : l’administration fiscale se saisit du litige et procède à une requalification du cadeau en donation pour in fine exiger les droits de donation.

Parce que là est la grande différence entre les deux concepts : la donation est soumise aux droits de mutation et rapportable à la succession alors que les présents d’usage échappent au rapport ainsi qu’à toute taxation.

Un bémol cependant, la doctrine administrative admet que les « cadeaux faits aux enfants mineurs par des membres ou amis de la famille » sont considérés comme présents d’usage. (2)

En somme, cette technique reste à manier avec précaution. Mais, que cela ne calme pas votre générosité pour autant : il est question de « donner » dans des proportions raisonnables à des moments opportuns.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

EF/EV

Voir aussi

  1. Pour la petite histoire, madame avait jugé bon d’acquérir une voiture avec un chèque sans indication de montant que lui avait donné son époux. La Cour de cassation a relevé que ce chèque n’a pas été donné lors d’une occasion particulière, de fait, il ne s’agissait pas d’un présent d’usage mais d’une donation avec les conséquences en résultant à l’occasion du divorce. Cass civ 6 décembre 1988.
  2. Voir le Bofip point 260
Juridique - à lire également...

Exonération de plus-value : encore des précisions

19 Juillet 2017
La cour administrative d’appel de Lyon vient d’apporter des précisions quant aux cas d’exonération des plus-values de cession d’immeuble.
Lire la suite...

Contrat de vente, contrat de prêt : les effets de la résolution

18 Juillet 2017
Certaines opérations mériteraient que le quidam passe son chemin… C’est un peu le sentiment qui ressort à la lecture de [...]
Lire la suite...

Aider vos enfants et petits-enfants sans que cela ne vous coute

17 Juillet 2017
Voici un éclairage fiscal apporté par les équipes de SwissLife banque Privée en matière de donation aux enfants et petits-enfants. [...]
Lire la suite...

Et non, le banquier n’est pas toujours responsable !

13 Juillet 2017
La Haute juridiction est venue apporter certaines précisions quant aux devoir de mise en garde et obligation d’informations pesant sur [...]
Lire la suite...

Plus-value immo : sévérité des juridictions administratives

12 Juillet 2017
C’est une décision stricte que vient de rendre la CAA (Cour Administrative d’Appel) en matière de paiement de plus-value immobilière.
Lire la suite...

Plus-values mobilières : nouvelle décision du Conseil Constitutionnel

11 Juillet 2017
Souvenons-nous que l’article 150 O D du CGI prévoit un abattement sur les plus-values résultant de cession de titres en [...]
Lire la suite...

Pourquoi créer une société civile de patrimoine ?

10 Juillet 2017
Tel est le thème du dernier livre blanc (gratuit) publié par les Editions Francis Lefebvre.


Lire la suite...

Prélèvement à la source : il est urgent d'attendre !

06 Juillet 2017
Malgré la demande d’un député tendant à l’abrogation du nouveau dispositif et le flot de contestations lors de sa présentation, [...]
Lire la suite...

Licenciement abusif, 13 millions et IR

04 Juillet 2017
13 millions ce n’est pas rien a fortiori lorsque le fisc demande l’imposition desdites sommes à l’IR.


Lire la suite...

ISF des non-résidents : distinction des titres de placement et de participation

03 Juillet 2017
On connait bien cet impôt anxiogène que peut représenter l’ISF. Réduction, exonération, ou encore expatriation sonnent comme de doux mots [...]
Lire la suite...
Articles les plus lus

Clauses bénéficiaires : quels conseils ?

09 Juin 2017

Catherine Costa, directeur du pôle solutions patrimoniales chez Banque Privée 1818 revient sur certaines clauses bénéficiaires, véritable outils [...]
Lire la suite...

Que se passe-t-il sur le fonds Mandarine Valeur ?

22 Juin 2017

C’est un peu la danse des styles de gestion. De value à growth et de growth à value, chacun performe [...]
Lire la suite...

Bonne nouvelle pour tous les certifiés CGPC !

26 Juin 2017

A l’occasion de la dernière convention annuelle de CGPC, l’association française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés, [...]
Lire la suite...