En cette période de fêtes, nombreux sont ceux qui vont se laisser aller à quelques « cadeaux » appelés également présents d’usage. Que recouvre cette notion ?

Notons dans un premier temps que les présents d’usage sont définis par la jurisprudence comme étant des « cadeaux faits à l’occasion de certains évènements, conformément à un usage, et n’excédant pas une certaine valeur »(1).

Aurélie Allamigeon, directeur au sein de l’ingénierie patrimoniale de la banque privée 1818 précise qu’il faut entendre par « évènements » certaines fêtes « comme noël, un anniversaire ou bien encore la réussite d’un concours ».

En outre, « il ne doit pas être excessif au regard de la situation financière et patrimoniale du donateur », précise cette dernière.

Quid de cette notion excessive ? Le bofip indique que « l’administration fiscale ne fixe aucune règle de proportionnalité du présent par rapport à la fortune » de l’offrant. Elle apprécie au cas par cas la nature du présent en fonction de l’ensemble des circonstances de faits.

Or comme le précise Aurélie Allamigeon, si un conflit vient à naître entre les héritiers, ces derniers peuvent prétendre que le présent est en fait une donation. Conséquences : l’administration fiscale se saisit du litige et procède à une requalification du cadeau en donation pour in fine exiger les droits de donation.

Parce que là est la grande différence entre les deux concepts : la donation est soumise aux droits de mutation et rapportable à la succession alors que les présents d’usage échappent au rapport ainsi qu’à toute taxation.

Un bémol cependant, la doctrine administrative admet que les « cadeaux faits aux enfants mineurs par des membres ou amis de la famille » sont considérés comme présents d’usage. (2)

En somme, cette technique reste à manier avec précaution. Mais, que cela ne calme pas votre générosité pour autant : il est question de « donner » dans des proportions raisonnables à des moments opportuns.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

EF/EV

Voir aussi

  1. Pour la petite histoire, madame avait jugé bon d’acquérir une voiture avec un chèque sans indication de montant que lui avait donné son époux. La Cour de cassation a relevé que ce chèque n’a pas été donné lors d’une occasion particulière, de fait, il ne s’agissait pas d’un présent d’usage mais d’une donation avec les conséquences en résultant à l’occasion du divorce. Cass civ 6 décembre 1988.
  2. Voir le Bofip point 260
Juridique - à lire également...

Nus-propriétaires : attention à la déduction des gros travaux

21 Avril 2017
Le pôle solution patrimoniale de la banque privée 1818 apporte son éclairage sur la déduction des dépenses supportées par les [...]
Lire la suite...

Réduction des libéralités : faire jouer la loi dans le temps

20 Avril 2017
L’article 921 du Code civil offre la possibilité aux héritiers réservataires de demander la réduction des libéralités consenties par le [...]
Lire la suite...

Donation déguisée : les dernières positions du Comité d’abus de droit

19 Avril 2017
Au cours de sa dernière séance, le Comité d’abus de droit a rendu de nouveaux avis sur la qualification de [...]
Lire la suite...

Vente et obligation en nature : mise en œuvre de la clause résolutoire

18 Avril 2017
En droit, les mots ont leur importance et la qualification des actes, encore plus. Tel est ce qu’il ressort d’un [...]
Lire la suite...

SCI, désignation d’un administrateur : quid du péril imminent ?

14 Avril 2017
Par un arrêt rendu le 8 février 2017, la Chambre commerciale de la Cour de cassation vient préciser les contours [...]
Lire la suite...

Enfant adultérin et héritage : attention aux jugements antérieurs à 2001

13 Avril 2017
Le 22 mars dernier, la Cour de cassation a du se positionner sur les droits successoraux d’un enfant né dans [...]
Lire la suite...

Révoquer une donation antérieure à 2005 : oui, mais…

12 Avril 2017
Donner c’est donner. Et pourtant les donations entre époux faites avant le 1er janvier 2005 sont librement révocables. Encore faut-il [...]
Lire la suite...

Prestation compensatoire en nature : vers une exonération des plus-values ?

11 Avril 2017
On le sait, la prestation compensatoire a pour objet de « compenser » les disparités financières entre époux consécutives au [...]
Lire la suite...

Actifs immobiliers : à valoriser correctement

10 Avril 2017
C’est par une déclaration commune que l’AMF et l’ANC appellent les professionnels à la plus grande rigueur quant à la [...]
Lire la suite...

Créanciers, déclarez vos créances au domicile de la succession

07 Avril 2017
L’article 792 alinéa 1 du Code civil dispose que « les créanciers de la succession déclarent leurs créances en notifiant [...]
Lire la suite...
Articles les plus lus

Les présents d’usage, à manier avec précaution

14 Décembre 2016

En cette période de fêtes, nombreux sont ceux qui vont se laisser aller à quelques « cadeaux » appelés également présents d’usage. [...]
Lire la suite...

PEE et PERCO : quid des cas de déblocage ?

28 Février 2017

Le journal de bord du médiateur de l’AMF, accessible en ligne, offre des analyses précises sur des cas [...]
Lire la suite...