Patron des strategies actions européennes chez Franklin Templeton, Dylan Ball se montre positif sur la zone; sans sous-estimer les facteurs de risque.

Les actions européennes peuvent-elles devenir aussi chères que les actions américaines?

Actuellement, les actions européennes se traitent en moyenne à 19 fois les bénéfices normalisés, contre 30 fois pour les actions américaines. Les marchés européens peuvent surperformer les États-Unis (comme en 2006-2008 et 1992-1994), mais certaines conditions doivent être réunies.

Les actions européennes affichent en général de meilleurs résultats quand la croissance mondiale est en hausse, mais elles exigent également une inflation et des taux d'intérêt à la hausse. Ceci est dû à une plus grande proportion de valeurs financières, d'énergie, de matériaux et de matières premières qui sont corrélées positivement avec l'inflation et les rendements obligataires. Ainsi, l'environnement actuel de croissance sans inflation ne milite pas en faveur d’actions européennes aussi chères que les actions américaines… mais avec un soupçon d'inflation cela pourrait changer.

La disruption, thème d'investissement ou gimmick marketing?

La disruption est certainement un thème d'investissement à part entière.

Mais  il est difficile d'essayer d’en tirer profit  à court terme ; en fin de compte, identifier le vainqueur est plus difficile qu'il n'y paraît.

Par exemple, lorsque Henry Ford lança son modèle T en 1927, il y avait plus de 3.000 constructeurs automobiles, et la majorité d’entre eux avaient disparu dix ans plus tard : cela a amené Warren Buffet à dire qu'il est plus rentable de court-circuiter les perdants, en l'occurrence les chevaux, que de choisir les gagnants lorsqu’une nouvelle technologie révolutionne un secteur.

La question de l'éclatement de la zone euro ne semble plus être à l'ordre du jour, mais est-elle réglée?

Nous pensons que les élections italiennes sont le seul obstacle politique important qui subsiste dans l'UE à court terme. Le risque politique en 2018 a considérablement reflué et la menace d'une rupture de l'euro semble désormais lointaine.

Les risques qui pèsent sur l'euro sont désormais de nature budgétaire : avec la sortie du Royaume Uni de l'Union, le déficit annuel estimé à 10 milliards d'euros que le pays laisse derrière lui signifie que de nombreux budgets de la zone euro doivent être réévalués. Les pays bénéficiaires nets, notamment en Europe de l'Est, semblent devoir en souffrir davantage et cela pourrait en soi constituer un gisement de discours anti-UE.

Verbatim - à lire également...

Patrimonia, c’est demain

26 Septembre 2018
Ouverture dans moins de 24 heures de la 25ème Convention Patrimonia à Lyon.
Lire la suite...

SNOW, polar à clés ?

25 Septembre 2018
Quand un gérant de Lazard Frères Gestion passe au roman, policier de préférence, avec des coups bas, [...]
Lire la suite...

Eclairage sur la stratégie de la Fed

24 Septembre 2018
Chaque nouvelle confirmation d’une croissance robuste aux États-Unis, associée à une inflation en progression, mais sous contrôle, [...]
Lire la suite...

Ganozzi quitte Fidelity, Patrimoine poursuit son évolution

11 Septembre 2018
Voilà un départ qui se remarque : après 18 ans de bons et loyaux services, David Ganozzi [...]
Lire la suite...

Carré d’As : Jean-Marc Bourmault

10 Septembre 2018
Il incarne Patrimonia, ses programmes et son tempo. Peuvent-ils vivre l’un sans l’autre ?
Lire la suite...

Carré d’As : Eric Franc

03 Septembre 2018
A 54 ans, le patron de DNCA se montre serein, face aux marchés comme face aux défis [...]
Lire la suite...

Faut-il s’inquiéter d’un dérapage budgétaire italien ?

29 Août 2018
Suite aux déclarations du ministre italien Luigi Di Maio indiquant que l'Italie pourrait ne pas respecter la [...]
Lire la suite...

Patrimonia 2018, c’est parti !

06 Juin 2018
Il est l’heure de s’inscrire pour le rendez-vous de rentrée de la profession qui se tiendra les [...]
Lire la suite...

Dans le viseur : santé, techno et consommation

28 Mai 2018
Les choix d’Estelle Ménard, gérante du fonds CPR Actions Euro Restructuration.
Lire la suite...

La fièvre des fusions-acquisitions s'empare de la French Tech

24 Mai 2018
Le quotidien Les Echos se penche sur un phénomène en accélération : plus de 245 start-up françaises [...]
Lire la suite...
Articles les plus lus

Generali : Hugues arrive, Sonia s’en va…

30 Août 2018

Hugues Aubry rejoint le Comité Exécutif de Generali France le 3 septembre pour succéder à Sonia Fendler [...]
Lire la suite...

Carré d’As : Eric Franc

03 Septembre 2018

A 54 ans, le patron de DNCA [...]
Lire la suite...