Question à Mario Petrachi, directeur de la distribution externe chez BNP Paribas AM, au sujet du fonds Parvest Disruptive Technology.

On parle beaucoup de disruption… mais comment ne pas se tromper ? Un exemple de société qui illustre bien ce qui est disruptif… et un contre-exemple ?

Un exemple emblématique, c’est Amazon. Via l’usage de l’intelligence artificielle, la société a fait croitre sa base de clients, son chiffre d’affaires et ses parts de marché. En 2016, elle est devenue le premier distributeur non-alimentaire en France.

Contre-exemple : Uber. Cette société n’a pas su profiter d’une technologie innovante pour réellement bouleverser son secteur. Elle a simplement, à notre avis, augmenté la demande totale en services de taxi.

Le digital a-t-il le monopole de la disruption ?

Non, il y a des exemples de sociétés dans le secteur de la santé qui ont développé des technologies de rupture, comme Dexcom, qui a créé des solutions pour améliorer la manière dont les diabétiques peuvent mesurer leur taux de glucose.

Ces sociétés ne sont-elles pas par essence plus volatiles en bourse ?

Pas forcément. La structure de notre portefeuille, grâce à sa diversification géographique et sectorielle, est très éloignée de celle des anciens fonds de valeurs technologiques qui ont fleuri il y a une vingtaine d’année.

Il y a des sociétés disruptives qui présentent des capitalisations boursières très élevées et des estimations de croissance de bénéfices encore très importantes. Ce type de sociétés ont des comportements plus stables dans le temps.

Quel est horizon de placement sur ce type de stratégie ?

De 5 à 10 ans. C’est donc un placement bien adapté à l’assurance vie et qui se prête bien aussi à des investissements programmés, qui permettent de lisser les points d’entrée dans le temps et donc de réduire la volatilité grâce à la dimension temporelle.

Quel est rôle d’un fonds de « rupture » dans un portefeuille ?

C’est un bon support thématique à moyen long terme pour un contrat d’assurance vie encore majoritairement investi en actions européennes ou en fonds flexibles.

Nous pensons que les fonds thématiques, qui investissent dans des entreprises qui s’assureront une croissance profitable grâce à des innovations majeures et dont la stratégie anticipera les tendances fortes de l’évolution de nos économies et de nos sociétés, créeront beaucoup de valeur pour les épargnants tout en s’affranchissant partiellement de l’évolution des indices boursiers traditionnels.

Placements - à lire également...

Prix dans l’ancien, le rythme marque le pas

26 Septembre 2018
L’hypothèse d’un atterrissage en douceur de l’immobilier résidentiel se confirme. Les prix des logements anciens continuent de [...]
Lire la suite...

Faut-il miser sur les fonds « disruptifs » ?

21 Septembre 2018
On voit apparaître sur le marché de plus en plus de fonds qui jouent le thème de [...]
Lire la suite...

Immobilier : ville par ville, la dynamique des métropoles

21 Septembre 2018
Dans les centres ville de Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes ou Rennes, les prix ont atteint des records [...]
Lire la suite...

Axiom met un pied dans les indices

19 Septembre 2018
C’est un pas important pour la société de gestion : après s’être associée à Groupama pour mettre [...]
Lire la suite...

L’alliance de la gestion active et de la gestion passive

19 Septembre 2018
Lyxor publie une étude sur la performance de plus de 6.000 fonds actifs au 1er semestre 2018. [...]
Lire la suite...

L’ISR en passe de devenir un placement comme un autre

17 Septembre 2018
Parmi les nombreux enseignements de l'étude « Schroders Global Investor Study 2018 » (22.000 investisseurs consultés dans [...]
Lire la suite...

Quadrator garde la tête hors de l’eau

13 Septembre 2018
Le fonds de Montpensier a bien traversé l’été en dépit d'un environnement difficile.
Lire la suite...

Fidelity Emerging Market Corporate Debt

11 Septembre 2018
On nous demande ce qu’il faut penser de la dette émergente et du fonds « Fidelity Emerging [...]
Lire la suite...

Pourquoi les entreprises familiales cartonnent

11 Septembre 2018
On a tous un avis sur la question. Intuitivement, on se dit que la stratégie d’entreprise est [...]
Lire la suite...

Generali reprend Sycomore AM

07 Septembre 2018
C’est fait, ou pratiquement : alors que la rumeur courrait depuis quelques temps, Generali a officiellement annoncé [...]
Lire la suite...
Articles les plus lus

Generali : Hugues arrive, Sonia s’en va…

30 Août 2018

Hugues Aubry rejoint le Comité Exécutif de Generali France le 3 septembre pour succéder à Sonia Fendler [...]
Lire la suite...

Carré d’As : Eric Franc

03 Septembre 2018

A 54 ans, le patron de DNCA [...]
Lire la suite...