Après 9 ans et demi de hausse, la correction brutale des actions américaines amène légitimement les investisseurs à se poser cette question : n’est-il pas temps de sortir d’un marché actions, pris en étau entre les inquiétudes sur les échanges commerciaux et la remontée des taux des emprunts d’État à 10 ans du Trésor américain ?

Certes, ces deux sujets d’inquiétude sont légitimes. La mise en œuvre des droits de douane sur 250 milliards de dollars d’importations chinoises aux États-Unis rentre en vigueur en ce début octobre et va certainement pénaliser une économie chinoise déjà en phase de ralentissement (de 6,8 % en 2017 vers 6,2 % au rythme actuel en 2018). Avec un temps de retard (comme souvent), le FMI vient d’ailleurs de ramener de 3,9 % à 3,7 % ses anticipations de croissance mondiale pour 2018 et 2019. En dépit d’enquêtes auprès des directeurs d’achat américains à 61,6 pour le secteur des services en septembre, au plus haut depuis 15 ans, on peut donc imaginer que la dynamique de croissance aux États-Unis est sur un pic et qu’elle est appelée à décélérer courant 2019.

Mais, cette accalmie n’est pas nécessairement une mauvaise nouvelle.

Car on le voit, les marchés financiers s’inquiètent également de la remontée des taux longs américains, dans le sillage de l’inflation, que la forte dynamique de l’économie alimente actuellement. En fait, cette remontée contribue à reconstituer l’écart avec les taux courts, la fameuse pente de la courbe des taux.

Or, l’indicateur le plus fiable de l’arrivée prochaine d’une phase de récession de l’économie américaine est justement l’inversion de cette courbe des taux, le moment où, pour contenir les tensions inflationnistes provoquées par une surchauffe, la Réserve fédérale est contrainte d’augmenter ses taux au-delà du rendement des emprunts d’État à 10 ans.

La hausse actuelle des taux longs retarde donc le moment où cette courbe va s’inverser et dans ce sens nous offre un délai pendant lequel le cycle peut perdurer.

Que nous faut-il alors surveiller pour conserver notre surexposition aux marchés Actions ?

Précisément qu’il n’y a pas de dérapage de l’inflation qui contraindrait la Réserve fédérale à surenchérir. L’inflation totale, du fait de l’envolée récente des prix de l’énergie, est aujourd’hui sur un point haut, dont elle devrait mécaniquement refluer.

Mais l’indicateur le plus pertinent est l’inflation « cœur », dite PCE, surveillée de très près par la Fed.

A court terme, l’accalmie sur les prix de l’immobilier et la remontée du dollar devraient contrebalancer la hausse du salaire horaire.

En revanche, à plus long terme, si les obligations américaines offrent des rendements compris entre 3,5 % et 4 % par an, au lieu de 3,1 % aujourd’hui, elles deviendront une vraie alternative aux placements actions.

Marc Riez est directeur général de Vega IM.

Environnement - à lire également...

Marchés actions : les options d’AXA IM en 2019

14 Décembre 2018
Globalement, chez AXA IM, on préfère parier sur les Etats-Unis que sur l’Europe. Entre autres, du fait [...]
Lire la suite...

Pourquoi les investisseurs devraient se soucier des gilets jaunes ?

14 Décembre 2018
Dans la dernière lettre « Investment Talks » d’Amundi, les analystes et stratèges de la maison donnent [...]
Lire la suite...

Les dindons de la farce

13 Décembre 2018
L’annonce d’une trêve dans la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine était finalement [...]
Lire la suite...

Le GNIP réunit ses adhérents

11 Décembre 2018
Comme annoncé en octobre dernier (voir l’article Pour la promotion du métier) le GNIP a tenu sa [...]
Lire la suite...

Pour une fois, c'est l'Allemagne

10 Décembre 2018
L’année 2018 surprend à maints égards. L’Allemagne notamment, dont la stabilité politique et la force économique faisaient [...]
Lire la suite...

La BCE gardera son cap malgré les incertitudes

10 Décembre 2018
L’annonce de l’arrêt des achats d’actifs lors de la prochaine réunion de Banque centrale européenne le 13 [...]
Lire la suite...

Neuflize OBC optimiste malgré tout

07 Décembre 2018
La banque filiale de ABN se montre prudente pour 2019 : des Etats-Unis aux émergents, en passant [...]
Lire la suite...

Capital-investissement : perspectives contrastées

06 Décembre 2018
Les derniers chiffres publiés dans le Baromètre des levées de fonds d’In Extenso sont contrastés. Plusieurs tendances [...]
Lire la suite...

Or en phase de déclencher un signal haussier

06 Décembre 2018
Selon Arnaud du Plessis, gérant thématiques spécialisé sur l’or chez CPR AM, l’or serait sur le point [...]
Lire la suite...

Une accalmie de courte durée

05 Décembre 2018
L’issue du G20 a été perçue positivement par les marchés. La hausse des tarifs douaniers américains prévue [...]
Lire la suite...
Articles les plus lus

Generali : Hugues arrive, Sonia s’en va…

30 Août 2018

Hugues Aubry rejoint le Comité Exécutif de Generali France le 3 septembre pour succéder à Sonia Fendler [...]
Lire la suite...

Carré d’As : Eric Franc

03 Septembre 2018

A 54 ans, le patron de DNCA [...]
Lire la suite...