Les marchés continuent d’évoluer au gré des négociations entre Chinois et Américains sans réelle direction toutefois. On note depuis maintenant plusieurs mois un phénomène de « de-risking » des portefeuilles surtout en Europe. La Commission Européenne vient d’ailleurs d’abaisser son objectif de croissance économique pour 2018 (2,1% contre 2,3%). Ce « de-risking » touche aussi maintenant les portefeuilles globaux et américains. La guerre commerciale commence également à être un facteur de révision en baisse de la croissance long terme allant de pair avec le vieillissement de la population (cf. la dernière étude de l’OCDE).

Les thèmes value et le sentiment sur l’Europe domestique n’ont jamais été aussi négativement considérés sauf peut-être juste après le Brexit alors que le momentum économique n’était pas aussi favorable. La tentation serait pour les gérants de poursuivre cette tendance en écartant les valeurs et secteurs ayant déjà très largement sous-performé. Mais, de manière contrariante, c’est aussi maintenant alors qu’il n’y a pas de choc majeur apparent à l’horizon qu’il faut profiter de ces fulgurantes anomalies de valorisation. Les résultats tiennent pour l’instant tout comme les dividendes. Il ne faut pas se décourager après ces trois derniers mois déroutants pour certains styles de gestion (notamment value).

En 2018, il est difficile de ne pas afficher des performances négatives pour les stockpickers et même pour certaines stratégies prudentes ou obligataires.  Comme le baigneur dans la mer Morte qui ne peut pas couler, les gérants aimeraient offrir à leurs clients une performance toujours au-dessus du niveau de la mer. Mais les conditions actuelles sont complexes. Les prix de l’énergie viennent grignoter la croissance et le pouvoir d’achat et la construction des indices (forte pondération des valeurs pétrolières et du luxe pour le CAC 40) est difficile à répliquer dans une gestion active (dont d’ailleurs ce n’est sûrement pas l’objectif!).

La génération d’alpha ressemble cette année à la quête d’une terre sainte. Dès qu’on en aperçoit les côtes et les contours, on trépigne et croit y être enfin arrivé mais on découvre vite que la concurrence est forte et que chaque investisseur réclame une portion de cette terre sainte et si possible le plus grand possible.

Il est donc probable, qu’en 2018, il y ait peu d’élus dans la conquête de la surperformance.

Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion chez DNCA INVESTMENTS

 

Environnement - à lire également...

Il n'y a pas de déclin de l’Empire américain

21 Août 2018
L’été confirme la tendance très particulière de cette année. Malgré une croissance mondiale toujours supérieure à 3%, [...]
Lire la suite...

Les risques politiques et monétaires compliquent la donne

21 Août 2018
L’analyse de Benjamin Melman, directeur allocation d’actifs et dettes souveraines chez Edmond de Rothschild AM.
Lire la suite...

Les émergents sont-ils vulnérables aux guerres commerciales ?

20 Août 2018
Analyse des effets potentiels d’une escalade des tensions entre les États-Unis et la Chine sur les marchés [...]
Lire la suite...

Résister à la tempête commerciale

20 Août 2018
Comment naviguer dans un environnement incertain s'interroge Frédéric Rollin...
Lire la suite...

Sécheresse estivale pour les actions

19 Juillet 2018
Le Baromètre Allocation de Pictet AM du mois de juillet. Une synthèse de Frédéric Rollin, Conseiller [...]
Lire la suite...

Au son du canon de la guerre commerciale

19 Juillet 2018
Retrouvez la dernière lettre « Dorval’s Macro Corner » et ses 4 piliers : Eco-Macro, Valorisation, Dynamique [...]
Lire la suite...

Quelle est la stratégie de Pékin pour l’économie chinoise ?

17 Juillet 2018
D’après DWS, la masse monétaire constitue un indice. Le taux de croissance de la masse monétaire [...]
Lire la suite...

Les GAFAN un facteur de risque pour les portefeuilles?

17 Juillet 2018
Depuis 2013, le secteur de la technologie occupe une part croissante dans les indices boursiers. Cette année, [...]
Lire la suite...

Le Japon, terre d'incertitudes montantes...

16 Juillet 2018
Décryptage de Christophe Dumont, Macro économiste chez Candriam. Quelles sont les perspectives d’évolution au Japon ?
Lire la suite...

Marché des fusions-acquisitions au plus bas depuis dix ans

13 Juillet 2018
C’est ce qui ressort de l’enquête QDPM (Quarterly Deal Performance Monitor) que Willis Towers Watson réalise depuis [...]
Lire la suite...
Articles les plus lus

ISR de Conviction : + 42,5% de croissance en 2017

21 Février 2018

Selon les derniers chiffres publiés par Novethic, parmi les 404 fonds ISR représentant 134,7 milliards [...]
Lire la suite...

IFI, le plafonnement du passif en question

23 Février 2018

Les points à garder à l’esprit par Audrey Texier-Godet et Benjamin Spivac, ingénieurs patrimoniaux chez Lire la suite...