Les marchés continuent d’évoluer au gré des négociations entre Chinois et Américains sans réelle direction toutefois. On note depuis maintenant plusieurs mois un phénomène de « de-risking » des portefeuilles surtout en Europe. La Commission Européenne vient d’ailleurs d’abaisser son objectif de croissance économique pour 2018 (2,1% contre 2,3%). Ce « de-risking » touche aussi maintenant les portefeuilles globaux et américains. La guerre commerciale commence également à être un facteur de révision en baisse de la croissance long terme allant de pair avec le vieillissement de la population (cf. la dernière étude de l’OCDE).

Les thèmes value et le sentiment sur l’Europe domestique n’ont jamais été aussi négativement considérés sauf peut-être juste après le Brexit alors que le momentum économique n’était pas aussi favorable. La tentation serait pour les gérants de poursuivre cette tendance en écartant les valeurs et secteurs ayant déjà très largement sous-performé. Mais, de manière contrariante, c’est aussi maintenant alors qu’il n’y a pas de choc majeur apparent à l’horizon qu’il faut profiter de ces fulgurantes anomalies de valorisation. Les résultats tiennent pour l’instant tout comme les dividendes. Il ne faut pas se décourager après ces trois derniers mois déroutants pour certains styles de gestion (notamment value).

En 2018, il est difficile de ne pas afficher des performances négatives pour les stockpickers et même pour certaines stratégies prudentes ou obligataires.  Comme le baigneur dans la mer Morte qui ne peut pas couler, les gérants aimeraient offrir à leurs clients une performance toujours au-dessus du niveau de la mer. Mais les conditions actuelles sont complexes. Les prix de l’énergie viennent grignoter la croissance et le pouvoir d’achat et la construction des indices (forte pondération des valeurs pétrolières et du luxe pour le CAC 40) est difficile à répliquer dans une gestion active (dont d’ailleurs ce n’est sûrement pas l’objectif!).

La génération d’alpha ressemble cette année à la quête d’une terre sainte. Dès qu’on en aperçoit les côtes et les contours, on trépigne et croit y être enfin arrivé mais on découvre vite que la concurrence est forte et que chaque investisseur réclame une portion de cette terre sainte et si possible le plus grand possible.

Il est donc probable, qu’en 2018, il y ait peu d’élus dans la conquête de la surperformance.

Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion chez DNCA INVESTMENTS

 

Environnement - à lire également...

Que faut-il penser de la correction américaine ?

12 Octobre 2018
Après 9 ans et demi de hausse, la correction brutale des actions américaines amène légitimement les investisseurs [...]
Lire la suite...

Gros coup de froid sur Wall Street

11 Octobre 2018
Le Dow Jones et le S&P 500 ont reculé de plus de 3 % et le Nasdaq [...]
Lire la suite...

La dislocation des cours génère des vues contradictoires

11 Octobre 2018
L’agitation des marchés émergents pendant l’été a constitué l’un des principaux thèmes d’investissement du troisième trimestre de [...]
Lire la suite...

Powell évoque une politique restrictive

10 Octobre 2018
Jerome Powell a provoqué une forte poussée haussière sur les taux américains (+15pb sur une semaine) note [...]
Lire la suite...

Quand la marée redescend… les pronostics de Carmignac

09 Octobre 2018
Il est difficile de contester aujourd’hui que l’augmentation prodigieuse des liquidités mondiales fournies par les Banques centrales [...]
Lire la suite...

Les Etats-Unis continuent à marquer des points

08 Octobre 2018
Si la personnalité du président Trump ne cesse de susciter la controverse, sa politique économique est saluée [...]
Lire la suite...

Privilégier les dividendes…

05 Octobre 2018
Une fois encore, guerre commerciale et déficit italien ont été au centre de l’attention. Début septembre, ce [...]
Lire la suite...

Les 5 ingrédients qui préparent la crise de 2020

04 Octobre 2018
Une analyse de Nouriel Roubini publiée dans le quotidien Les Echos, par celui qui avait dès 2005 [...]
Lire la suite...

Quels impacts pour le protectionnisme américain ?

03 Octobre 2018
« Même si on parle beaucoup de guerre commerciale, nous voyons plutôt la situation actuelle comme une [...]
Lire la suite...

American equity psycho et digital detox

02 Octobre 2018
Les investisseurs continuent d’être euphoriques sur les actions américaines au risque désormais de créer une véritable intoxication [...]
Lire la suite...
Articles les plus lus

Generali : Hugues arrive, Sonia s’en va…

30 Août 2018

Hugues Aubry rejoint le Comité Exécutif de Generali France le 3 septembre pour succéder à Sonia Fendler [...]
Lire la suite...

Carré d’As : Eric Franc

03 Septembre 2018

A 54 ans, le patron de DNCA [...]
Lire la suite...