Sommes-nous face à un tournant dans la profession de CGP ? Faut-il désormais penser autrement pour répondre aux interrogations des clients ? C’est en tout cas ce que pense Frédéric Piccard, fondateur du cabinet « Patrifinance » dont le créneau est « le partage de sa rémunération avec ses clients ».

Derrière ce slogan se cache un concept finalement simple : le conseil se fait payer pour… ses conseils.

Concrètement ce CGP passe en moyenne 4 à 5 heures avec un client pour établir un bilan patrimonial complet. Le rendez-vous se solde par un document écrit présentant toutes les solutions juridiques, fiscales, assurantielles et immobilières que le client garde en sa possession[1]. Les honoraires de ce bilan vont de 800 euros TTC pour un dossier simple à 5.000 ou 6.000 euros TTC pour un dossier complexe. Ce conseil a donc un coût mais est compensé par l’absence de commission sur les placements financiers proposés.

En effet le cabinet rembourse au client tous les frais financiers perçus sur la vente de produits financiers[2] et plafonne les honoraires de transactions perçues sur la vente d'immeubles à 3 %.

Quoi qu’on en pense ce système est dans la lignée de la jurisprudence actuelle et des décisions de l’AMF qui sanctionnent de plus en plus les CGP pour leur manque de transparence dans la présentation de leurs produits. Il s’agirait donc d’avantage d’une mutation du métier, sur le modèle des professions libérales telles que les avocats ou les notaires, que d’une révolution.

Cette « autre façon de gérer son patrimoine » proposée par Patrifinance a été lancée en 2015, reste à savoir si le concept saura séduire ses clients cibles.

EV/EF

Voir aussi

[1] « Le client a donc toutes les clefs en mains pour savoir quoi faire ».

[2] Parmi d’autres, les contrats d’assurance-vie

Environnement - à lire également...

Que veulent les chefs d’entreprises?

22 Mai 2017
Swiss Life Banque Privée vient de publier la 4ème édition de son Observatoire. Objectif : découvrir les nouvelles attentes des [...]
Lire la suite...

"La part R surchargée, c’est fini »

19 Mai 2017
« Dans un monde post-MIFID, la part R surchagée, c’est fini ».
Lire la suite...

CGPI, où vas-tu ? Chez Nortia !

19 Mai 2017
Nortia fait ses emplettes chez CNP Assurances. L’assureur vient, en effet, de céder l’animation d’un réseau de conseillers en gestion [...]
Lire la suite...

Talence toilette sa gamme

18 Mai 2017
La maison de gestion fusionne 2 fonds aux périmètres en recouvrement.
Lire la suite...

Incertitudes et volatilité : ce n’est pas fini

18 Mai 2017
C'est en tout cas ce que suggère Jean-Noël Vieille, directeur de la gestion chez 360 Hixance, dans sa dernière analyse, [...]
Lire la suite...

Manœuvres chez Olifan et RD Patrimoine

17 Mai 2017
L’été approche et débute la saison des mariages, à en croire le faire-part annonçant l’union entre Olifan Group et RD [...]
Lire la suite...

Tiepolo, 10 ans et 1 milliard d’encours

17 Mai 2017
La maison de gestion fêtait hier les 10 ans de sa création, et le franchissement de la barre des 1 [...]
Lire la suite...

Placements « atypiques », nouveaux champs de compétence pour l’AMF

16 Mai 2017
Alors qu’elle a publié le mois dernier son rapport d’activité, Marielle Cohen-Branche, médiateur de l’AMF
Lire la suite...

3 questions à Candriam

15 Mai 2017
Nadège Dufossé, responsable de l’allocation d’actifs chez Candriam, partage ses convictions.


Lire la suite...

Pictet partagé sur les Etats-Unis

12 Mai 2017
Pictet AM reste acheteur sur les actions globales avec une préférence pour le Japon puis l’Europe et les émergents au [...]
Lire la suite...
Articles les plus lus

Les présents d’usage, à manier avec précaution

14 Décembre 2016

En cette période de fêtes, nombreux sont ceux qui vont se laisser aller à quelques « cadeaux » appelés également présents d’usage. [...]
Lire la suite...

PEE et PERCO : quid des cas de déblocage ?

28 Février 2017

Le journal de bord du médiateur de l’AMF, accessible en ligne, offre des analyses précises sur des cas [...]
Lire la suite...