Un coup de théâtre qui n’en était pas vraiment un. Lundi de la semaine dernière, à la veille du vote par le Parlement britannique du projet d’accord sur le Brexit, la Première ministre Theresa May a repoussé ledit vote. Il n’aura finalement pas lieu avant début 2019.

Si elle a justifié ce report par la volonté de négocier à nouveau le texte à Bruxelles, elle n’avait en réalité guère le choix. Dans le contexte de défiance auquel elle fait face, au sein même de son propre camp, le rejet du projet d’accord paraissait inévitable.

D’autant plus inévitable que T. May a été, dans la foulée, confrontée à un vote de défiance des députés de son propre parti, vote qu’elle a finalement emporté plus largement que prévu. Seuls 117 députés lui ont signifié leur hostilité, alors que 159 voix étaient nécessaires pour la destituer.

[…]

Cette victoire ne signifie pas pour autant qu’il sera plus facile pour Theresa May de faire valider par le Parlement le projet d’accord avec l’Union européenne. D’autant que le lendemain (jeudi dernier), la rencontre avec ses homologues européens a mal tourné.

Le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, a résumé la situation on ne peut plus sarcastiquement : « J'ai parfois des difficultés à comprendre ma propre psychologie. J'ai encore plus de difficultés à comprendre les états d'âme des députés britanniques ». T. May était venue à Bruxelles pour obtenir des « assurances » supplémentaires.

Elle aurait notamment demandé que le dispositif de backstop* ne dure qu’un an. Une demande à laquelle les dirigeants européens ont opposé une fin de non-recevoir.

[…]

Il reste désormais trois solutions : la prolongation de l'article 50 (période de négociation pré-Brexit), un accord bipartisan sur le projet actuel ou un second référendum. La menace d'un second référendum, auquel les députés conservateurs eurosceptiques sont farouchement opposés, pourrait être un bon moyen de pression à la disposition de Theresa May pour forcer un accord.

L’incertitude reste néanmoins totale. Et le risque pour les marchés, très élevé.

Pour lire l’intégralité de la chronique, cliquez ICI.

Olivier de Berranger est directeur de la gestion d'actifs à La Financière de l’Échiquier.

Voir aussi

* le backstop prévoit, pendant une période de transition et si aucun autre accord n’est trouvé, de maintenir le Royaume-Uni dans les règles du marché unique européen, notamment pour éviter le rétablissement d’une frontière physique entre les deux Irlande.

Le Coin de Gilbert - à lire également...

Les Banques Centrales vont sauver l’économie, si…

17 Octobre 2019
Les taux d’intérêt ont encore baissé et sont désormais, nuls ou négatifs. Les mesures prises par les [...]
Lire la suite...

Les multi family office unissent leurs forces

16 Octobre 2019
L’union fait la force dans l’univers de la gestion de patrimoine : après les CGP, c’est au [...]
Lire la suite...

Sortir de la croissance, mode d’emploi

15 Octobre 2019
Est-ce possible ? Pourquoi, comment ? Le petit opus d’Eloi Laurent apporte des éléments de réponse. Pas [...]
Lire la suite...

FIC Lux, la suite

14 Octobre 2019
Notre article « Combien coûte un FIC luxembourgeois ? » a suscité de nombreuses réactions, tant parmi [...]
Lire la suite...

Parlez-vous le VARPS ?

11 Octobre 2019
On connaissait les BRICS, GAM Investments nous présente les VARPS (acronyme de Vietnam, Argentine, Roumanie, Pakistan et [...]
Lire la suite...

OFI affine sa stratégie CGP

10 Octobre 2019
Avec entre autres l’arrivée il y a 4 mois de Bertrand Conchon, un ancien de Edmond de [...]
Lire la suite...

Où s’installent les entreprises financières ?

10 Octobre 2019
Possédant près de 3,5 millions de m2 de bureaux en Ile-de-France, les entreprises du secteur financier restent [...]
Lire la suite...

Coup de gueule d’un CGP

09 Octobre 2019
Dans de nombreux domaines, la contrainte de la transparence à tout prix devient la norme et oblige [...]
Lire la suite...

Adieu l’Eonia, place à l’€ster

08 Octobre 2019
Mis en place le 2 octobre dernier par la BCE, l’indice €ster (Euro Short-Term Rate) remplacera l’Eonia [...]
Lire la suite...

A quand une réglementation green bonds ?

07 Octobre 2019
Ayant enregistré une progression de 48% au premier semestre 2019 au niveau mondial, le marché des obligations [...]
Lire la suite...
Agenda

En 2019, Nue-Pro Select fait son (road) show !

 Date : 05 Novembre 2019
 Heure : 08h30
  Lieu : Lyon – MERCURE SAXE LAFAYETTE (1km de la Gare Part-Dieu)
 Organisateur : Nue-Pro Select

En 2019, Nue-Pro Select fait son (road) show !

 Date : 06 Novembre 2019
 Heure : 08h30
  Lieu : Lyon – MERCURE SAXE LAFAYETTE (1km de la Gare Part-Dieu)
 Organisateur : Nue-Pro Select

Morningstar Investment Conference 2019

 Date : 14 Novembre 2019
 Heure : 08h30
  Lieu : Centre d'Affaires Paris Victoire - 52 rue de la Victoire, 75009 Paris
 Organisateur : Morningstar France

En 2019, Nue-Pro Select fait son (road) show !

 Date : 19 Novembre 2019
 Heure : 08h30
  Lieu : Nantes – NOVOTEL CARQUEFOU (15 km du centre-ville de Nantes)
 Organisateur : Nue-Pro Select

En 2019, Nue-Pro Select fait son (road) show !

 Date : 20 Novembre 2019
 Heure : 08h30
  Lieu : Nantes – NOVOTEL CARQUEFOU (15 km du centre-ville de Nantes)
 Organisateur : Nue-Pro Select

Articles les plus lus

Assurance-vie, la décélération

26 Juin 2019

Selon les derniers chiffres de la FFA, l’assurance-vie reste le deuxième placement le plus prisé [...]
Lire la suite...

H2O va-t-il mettre le feu aux marchés ?

27 Juin 2019

Les actifs illiquides sont-ils une option pour un gérant de fonds classique sensé offrir une liquidité quotidienne ? [...]
Lire la suite...