Le Défenseur des droits interpelle les employeurs : grossophobie, questionnement autour du vêtement, de la coiffure, de la barbe, des tatouages, des piercings... Analyse par Sophie André des Editions Francis Lefebvre.

Alors que l'« apparence physique est devenue l'un des critères les plus fréquents de discrimination depuis ces deux dernières décennies », le Défenseur des droits, dans une décision-cadre du 2 octobre 2019, souligne l'importance de cette question même si le nombre des contentieux est faible en la matière et que le sujet est parfois perçu comme « secondaire ».

Pourtant, « dans notre société pétrie d'images, le poids des apparences est devenu considérable dans le domaine de l'emploi ». Pour ce faire, il a élaboré à l'intention des employeurs un vade-mecum afin « qu'il réinterrogent non seulement leurs codes vestimentaires mais de manière plus générale leurs pratiques, tant lors de l'embauche que pendant le déroulement de carrière, à la lumière du droit de la non-discrimination ».

Il les invite également à prendre en compte les évolutions de la société.

Tel est le cas, par exemple, en matière de tatouages et de piercings.  Devenus un phénomène de masse (un quart des actifs a déjà porté un tatouage), le tatouage et le piercing « ne constituent plus aujourd'hui des marqueurs sociaux anticonformistes ».

Pour autant, « certains secteurs de l'emploi restent réfractaires voire hostiles à ces modalités d'expression corporelle ». Le Défenseur des droits invite donc les employeurs à définir avec précision leurs exigences, sachant que des considérations générales liées à l'image de l'entreprise ou à l'obligation de dignité ne permettent pas de justifier des restrictions générales et absolues en ce domaine.

[…]

Des limitations restent possibles en lien avec les exigences du poste. L'employeur peut, ainsi, demander à un hôte d'accueil touristique en costume d'époque de retirer un piercing en raison de son caractère anachronique (CA Paris 3-4-2008 n° 06/10076).

[…]

... et sur les barbes

De la même façon, la barbe est devenue « un véritable phénomène de mode » alors qu'elle constituait jusqu'à récemment « un attribut des seniors ». Cette évolution conduit à une révision des codes professionnels. Cela a été ainsi fait, notamment, dans la police : interdite depuis 1974, la barbe est à nouveau autorisée depuis 2015.

Pour lire l’intégralité de l’analyse, cliquez ICI.

Juridique - à lire également...

Mépris de l'ordre des créanciers, que dit la loi ?

22 Novembre 2019
N’ouvre pas droit à répétition le paiement effectué par un notaire en méconnaissance de l’ordre des créanciers [...]
Lire la suite...

La propriété indivise relève des actes conservatoires

21 Novembre 2019
L’action en revendication de la propriété indivise et en contestation des actes passés en violation de ce [...]
Lire la suite...

Réforme du capital investissement, ça bouge…

20 Novembre 2019
Publication au JORF d'un décret mettant en œuvre la réforme du capital investissement et sa diffusion dans [...]
Lire la suite...

Nouvelles décisions en faveur du CGP en matière de DTD

19 Novembre 2019
Pour la première fois, dans deux arrêts du 29 octobre 2019 (Chambre A – CIVILE, RG n°17/01419 [...]
Lire la suite...

Société de personnes, qui est redevable ?

18 Novembre 2019
Le résultat réalisé par une société de personnes est imposable entre les mains des associés présents à [...]
Lire la suite...

Réduction de capital et plus-value…

15 Novembre 2019
Le Conseil d’Etat a jugé que lorsqu’elles n’ont pas le caractère de remboursements d’apport, les sommes mises [...]
Lire la suite...

Salariés déguisés, attention à la requalification

14 Novembre 2019
Trois millions d’indépendants répertoriés par l’INSEE en 2018, dont 1 sur 5 est économiquement dépendant d’une relation [...]
Lire la suite...

Exit Tax et titres démembrés, prudence…

13 Novembre 2019
On sait qu’en matière de plus-value de cession de titres démembrés, le redevable de l’imposition dépendra du [...]
Lire la suite...

VEFA, les règles du jeu

12 Novembre 2019
Aucun texte n’imposant que l’achèvement des travaux d’une Vefa soit constaté par une « personne qualifiée », [...]
Lire la suite...

Activité Airbnb à Paris, attention !

08 Novembre 2019
Le décret N°2019-1104 du 30 octobre 2019 entre en vigueur le 1er décembre 2019. Ce décret devrait [...]
Lire la suite...
Agenda
Articles les plus lus

Assurance-vie, la décélération

26 Juin 2019

Selon les derniers chiffres de la FFA, l’assurance-vie reste le deuxième placement le plus prisé [...]
Lire la suite...

H2O va-t-il mettre le feu aux marchés ?

27 Juin 2019

Les actifs illiquides sont-ils une option pour un gérant de fonds classique sensé offrir une liquidité quotidienne ? [...]
Lire la suite...